L’équipe de Moments déterminants Canada

Co-fondateurs

Neil Orford – Chef d’équipe

Neil est un enseignant en histoire à la retraite originaire du comté de Dufferin, en Ontario. Lauréat des prix du gouverneur général et du premier ministre de l’Ontario récompensant l’enseignement de l’histoire, il est l’auteur du Digital Historian Project© qui a remporté le Prix d’histoire du gouvernement du Canada en 2015. Il a été interviewé pour les émissions« The National » et « The Agenda » sur les ondes de CBC/Radio-Canada et TVO, ainsi que pour plusieurs articles publiés dans les quotidiens nationaux. Il a également écrit plusieurs articles et présente régulièrement des conférences lors de congrès. Il a contribué étroitement avec le Centre Juno Beach et a dirigé un séminaire d’été pour les enseignants en histoire en Normandie. Fier d’être le fils de deux anciens combattants, Neil Orford est père de deux enfants d’âge adulte et habite Orangeville (Ont.) avec son épouse.

Blake Heathcote – Responsable de la création et des contenus numériques

Blake a travaillé comme metteur en scène et dramaturge au Canada, aux États-Unis, et au Royaume-Uni. En 1999, il a conçu le projet Testaments of Honour Historical Archive. Les archives numériques de Testaments contiennent 550 entrevues vidéo réalisées avec des anciens combattants, dont 85 en français; de même que 14 000 photographies et 4 000 documents textuels. Il a créé des contenus vidéo interactifs pour le Centre Juno Beach, le NCSM Haida, et le ministère des anciens Combattants. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont Testaments of Honour (2002) et A Soldier’s View (2005), publié aux éditions Random House.

Mathieu Arsenault – Directeur des contenus francophones

Mathieu détient un baccalauréat et une maîtrise en histoire de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) et prépare actuellement une thèse de doctorat en histoire à l’Université York de Toronto. Directeur des contenus francophones à Moments Déterminants Canada, il est aussi Conseiller en recherche au ministère ontarien des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation. Membre de l’équipe de rédaction d’HistoireEngagée.ca, ses champs d’intérêt sont l’histoire politique et intellectuelle du Québec et du Canada aux 19e et 20e siècles, l’histoire de la relation spéciale entre les Premières Nations et la Couronne, l’histoire régionale, ainsi que la philosophie de l’histoire et l’historiographie.

Ellen Scheinberg – Conseillère en recherche

Ellen est historienne, auteure et une professionnelle de l’information chevronnée. Elle est présidente d’Heritage Professionals, une firme de consultation spécialisée dans la gestion de l’information et de la documentation en milieu archivistique et muséal. Elle est l’auteur de plusieurs articles dans des domaines tels que : l’étude des femmes, l’histoire de l’immigration, l’histoire du travail, les études juives, ainsi que les techniques d’archives. Elle a contribué et coédité l’ouvrage The Ward: The Life and Loss of Toronto’s First Immigrant Neighbourhood paru chez Coach House Books en 2015.

Tatiana Zamozdra – Coordonatrice

Tatiana Zamozdra a reçu sa maîtrise en histoire européenne de Queen’s University en 2016 et son baccalauréat en histoire et littérature anglaise de McGill University en 2015. Elle vient de passer neuf mois en France en tant que guide étudiante au Centre Juno Beach, où elle a contribué à la recherche et les programmes pédagogiques. Elle est passionnée d’éducation et de l’histoire, et elle a fait partie de projets de recherche sur le siècle des Lumières et la Révolution française, la Seconde Guerre mondiale en Asie et Europe, le Canada aux années 1930s, et la grippe espagnole.

Collaboratrices et Colloborateurs

John Myers

John a débuté sa carrière en tant que professeur d’histoire et d’études sociales dans une école secondaire du centre-ville de Toronto au début des années 1970. Au cours de sa carrière, il s’est intéressé à l’histoire de l’immigration et du multiculturalisme représenté par la diversité de ses étudiants. Depuis, il a enseigné à des groupes d’âge variés dans quatre provinces et trois pays. Plus récemment, il a travaillé comme enseignent en histoire, ainsi qu’à l’évaluation des classes à l’Institut d’études pédagogiques de l’Ontario. Son intérêt pour les maladies lui vient de ses rapports avec feu Michael Bliss, qui a écrit sur la médecine et les effets des maladies dans l’histoire canadienne.

Mary-Ellen Kelm

Mary-Ellen est professeure d’histoire à l’Université Simon Fraser spécialiste de l’histoire coloniale et de l’histoire médicale de l’Amérique du Nord. Elle est l’auteure et la rédactrice de plusieurs ouvrages primés, tels que : Colonizing Bodies: Aboriginal Health and Healing in British Columbia 1900-1950 (UBC Press, 1998), et The Letters of Margaret Butcher: Missionary-Imperialism on the North Pacific Coast (University of Calgary Press, 2007). Son ouvrage A Wilder West: Rodeo in Western Canada (UBC Press, 2011), est une étude illustrée des origines d’une petite ville de rodéo, et un regard sur la façon dont le sport a réuni les gens à travers les divisions raciales et genrées. Elle s’intéresse actuellement aux idées et aux méthodes que les chercheurs en médecine ont apportées à l’étude de la santé autochtone en Amérique du Nord entre 1910 et 1990. Elle est corédactrice de la Revue d’histoire canadienne.

William (Bill) Stewart

William (Bill) Stewart, Ph. D. à obtenu son doctorat de l’Université de Birmingham en 2012 sous la direction du professeur Gary Sheffield après avoir mené une carrière de cadre dans le milieu de la technologie pendant trente ans. Ses recherches portent sur les tactiques, les opérations et l’administration du Corps expéditionnaire canadien. Il a publié deux livres intitulés The Embattled General : Sir Richard Turner and the First World War et Canadians on the Somme 1916 : The Neglected Campaign. Habitant à Ottawa, il est l’auteur d’une dizaine d’articles académiques et présente régulièrement des conférences sur la Première Guerre mondiale.

Niall Johnson

Niall a mené ses études de premier cycle en Australie, puis a complété une maîtrise à l’Université Wilfrid Laurier, ainsi qu’un doctorat à l’Université Cambridge. Il est l’auteur et le coauteur de plusieurs articles sur la pandémie d’influenza dans diverses revues, notamment Nature, Medicine, Lancet Infectuous Diseases, Clinical Infectious Diseases, et le Bulletin of the History of Medicine. Il est également l’auteur de Britain and the 1918-19 influenza pandemic: A dark epilogue publié aux presses Routledge. Membre de la Royal Geographical Society, Niall travaille à la Commission australienne sur la sécurité et la qualité des soins de santé.

Amy Reinders

Amy est enseignante dans les départements de science et de science sociale à l’école secondaire Centre Dufferin District High School de Shelburne en Ontario. Titulaire d’un baccalauréat en Arts et en Sciences de l’Université de Guelf, Amy apprécie enseigner ces deux disciplines simultanément. Elle cherche à mettre ses élèves en situation d’apprentissage leur permettant d’apprécier la valeur de l’apprentissage dans les deux domaines, et s’efforce de démontrer les liens intrinsèques qui unissent les sciences et les sciences sociales. Lors de sa participation au Séminaire d’été et au Circuit des champs de bataille du Centre Juno Beach, Amy a eu l’occasion d’approfondir son rapport à l’histoire canadienne et sa compréhension du rôle joué par le Canada lors des deux Guerres mondiales. Elle cherche constamment de nouvelles manières d’intégrer ce genre d’acquis extrascolaires à l’apprentissage en classe.

Véronique Dupuis

est candidate à la maîtrise à l’Université du Québec à Rimouski. Forte d’une expérience de plusieurs années dans les domaines touristique et de l’histoire maritime, elle a géré différents projets à caractère historique dont les commémorations du centenaire du naufrage de l’Empress of Ireland. Elle travaille présentement sur l’histoire de Blanche-Olive Lavallée, une infirmière canadienne-française qui a œuvré en Europe pendant la Première Guerre mondiale ainsi que sur le rôle, les avancées et la perception des femmes dans le cadre militaire canadien de 1914 à aujourd’hui. Dans tous ses projets, c’est d’abord l’aspect humain qu’elle souhaite mettre au premier plan.

Alain Gagnon

Département de démographie, Université de Montréal.

Matthew Miller

Matthew a complété un doctorat en microbiologie et immunologie à l’Université Western Ontario. Il a poursuivi ses recherches postdoctorales à la Ican Shcool of Medicine at Mount Sinai, à Manhattan, NY, sous la supervision du Dr Peter Palese – une figure importante dans le domaine de la recherche sur le virus de la grippe. Les recherches de Matthew Miller ont contribué de façon décisive à comprendre comment les anticorps neutralisants le virus de la grippe sont générés chez l’humain. Ce travail a aidé à guider le développement du vaccin « universel » contre le virus de la grippe. Après ses études postdoctorales, Matthew Miller a été recruté par le Département de biochimie et des sciences biomédicales de l’Université McMaster. En tant que membre du Michael G. DeGroote Infectious Diseases Research Institute et du McMaster Immunology Research Centre, l’équipe du Dr Miller continue d’étudier les infections virales et les méthodes permettant de développer des vaccins et des médicaments plus efficaces contre le virus de l’influenza.

Eric Zweig

Dès l’âge de dix ans, Eric Zweig était passionné par le sport. À l’école, il remplissait ses cahiers scolaires de notes sur l’actualité sportive et les résultats des derniers matchs. Depuis qu’il a obtenu un diplôme en Sciences politiques à l’Université Trent en 1985, il a écrit plusieurs études sur le sport et l’histoire du sport (principalement le hockey). Eric est aussi l’auteur d’une quarantaine de livres, dont un roman jeunesse sur la grippe espagnole et la coupe Stanley de 1919 intitulé Fever Season. Il a contribué au NHL Official Guide & Record Book de Dan Diamond & Associates, ainsi qu’à de nombreuses autres publications depuis 1996.

Kandace Bogaert

Kandace est chercheuse postdoctorale au Laurier Centre for Military, Strategic and Disarmament Studies du département d’Histoire de l’Université Wilfried Laurier à Waterloo. Ayant consacré ses recherches doctorales menées à l’Université McMaster à l’impact de la pandémie de grippe espagnole auprès des soldats du Corps expéditionnaire Canadien, elle est enthousiaste de contribuer au projet de commémoration de Moments Déterminants Canada. Ses recherches actuelles explorent la période suivant la Première Guerre mondiale (et la pandémie d’influenza de 1918), en examinant le rapport des anciens combattants avec le discours médical et les chocs posttraumatiques.

Andrew Belyea

Andrew est étudiant en première année de médecine à l’Université Queen’s de Kingston en Ontario. Ayant complété un baccalauréat en Science de la vie (majeure) et en Études classiques (mineure), Andrew a été sélectionné pour être le chercheur récipiendaire du 2017 Margaret Angus Research Fellow au Museum of Healthcare de Kingston. C’est à ce titre qu’il a mené des recherches sur la grippe espagnole de 1918; travail qu’il continue durant l’année du centième anniversaire de la pandémie.

Conseillères et Conseillers

Gail Dexter Lord

Gail Dexter Lord est cofondatrice et présidente de Lord Cultural Resources, la plus grande firme de planification culturelle au monde. Basé à Toronto et ayant des bureaux à New York, Londres, Mumbai et Beijing, Lord Cultural Resources a effectué plus de 2300 affectations dans 57 pays et 450 villes. Gail a notamment travaillé avec le Musée canadien pour les droits de la personne à Winnipeg, le Musée canadien de l’histoire à Ottawa, le Musée des Beaux-arts de l’Ontario, le Musée royal de l’Ontario, le Monument national de l’Holocauste à Ottawa, le National World War II Museum à New Orleans, le National African American Museum of History and Culture de Washington, le Museo Guggenheim Bilbao, The Lowry à Salford, le Saadiyat Island Cultural District d’Abu Dhabi, le Tate Britain et le Tate Modern, le Louvre et le Louvre Abu Dhabi, le Chicago Cultural Plan et le Chicago Architectural Biennial, ainsi que le Constitution Hill de Johannesburg.Gail a coécrit cinq manuels de planification en muséologie, dont le nouveau «Manual of Strategic Planning for Cultural Organizations» et «Cities, Museums and Soft Power» ; un ouvrage coécrit avec Ngaire Blankenberg qui redéfinit le soft power pour « l’ère urbaine » et conçoit de nouveaux rôles pour les institutions culturelles. Gail est membre de l’Ordre du Canada (2016) et officier de l’Ordre des arts et des lettres de France (2014). En 2016, elle a reçu un doctorat honorifique en lettres de l’Université McMaster. En 2016-2017, elle a été membre du Forum UNESCO de haut niveau sur les musées.

Esyllt W. Jones

Esyllt W. Jones est professeure d’histoire à l’Université du Manitoba. Elle est l’auteure de Influenza 1918: Death, Disease and Struggle in Winnipeg, et a dirigé le collectif Epidemic Encounters: Influenza, Society and Culture in Canada, 1918-1920 en collaboration avec Magda Fahrni (UQÀM).

Ann Herring

Ann est professeure émérite en anthropologie à l’Université McMaster où elle a travaillé de 1989 jusqu’à sa retraite en 2016. Anthropologue médicale, ses recherches et son enseignement se sont concentrés sur l’anthropologie des maladies infectieuses. Ce champ d’études consiste à étudier la façon dont les interactions entre les contextes sociaux et biologiques de la vie quotidienne engendrent des épidémies et facilitent leur propagation d’une personne à l’autre et d’un endroit à l’autre. Elle s’intéresse à la manière dont les sociétés – passés et présentes – sont transformées par les épidémies et à la façon dont les modèles de santé et de maladie, ainsi que les conceptions entretenues sur les maladies changent à travers ces expériences. Elle est passionnée par l’étude de la pandémie d’influenza de 1918 et a publié plusieurs articles sur son émergence et ces effets sur la population canadienne. Elle collabore actuellement à un projet examinant la relation entre la pandémie de grippe russe (1889-1890) et la pandémie de 1918 au Canada dirigé par Alain Gagnon de l’Université de Montréal.

Mike Clare

Mike a travaillé avec le York Region District School Board pour plus que 30 ans. Il a une maîtrise en enseignement avec une spécialisation sur l’utilisation des logiciels numériques dans l’enseignement de l’histoire et des sciences sociales. Il a déjà travaillé avec Historica et il a travaillé contractuellement pour The University of Ontario Institute of Technology en développant des ressources numériques pour le programme d’enseignement obligatoire pour le National Council for the Social Studies aux États-Unis, et plusieurs associations d’enseignant(e)s d’histoire au Canada. Il est l’auteur du iBook intéractif « The Spanish Flu Epidemic 1918 – 1919: Dancing With The Spanish Lady ».

Lisa Sattenspiel

Lisa est professeure et titulaire de la Chaire d’anthropologie de l’Université du Missouri-Columbia, où elle travaille depuis 1987. Son intérêt pour la grippe de 1918 s’est manifesté en 1993 lorsqu’elle a commencé à travailler avec Ann Herring sur la façon dont les activités reliées à la traite des fourrures ont contribué à propager la maladie dans le centre du Manitoba. Depuis 2005, mène des études comparées sur les expériences pandémiques sur les côtes à l’intérieur des terres à Terre-Neuve-et-Labrador et en Alaska. Elle s’intéresse particulièrement à la façon dont les facteurs influençant le contact social ont un impact sur les risques de transmission et de propagation de la maladie dans le temps et dans l’espace.

Svenn-Erik Mamelund

Svenn-Erik est titulaire d’un doctorat en démographie et est professeur au Work Research Institute de l’Oslo Metropolitan University. Il a plus de vingt ans d’expérience dans l’étude de la démographie des maladies épidémiques, et s’intéresse particulièrement à la pandémie de grippe de 1918. Au Work Research Institute, Mamelund a également étudié les conséquences de la réorganisation du lieu de travail et des conflits sur la santé et a suivi les effets de diverses politiques mises en œuvre par le ministère norvégien du Travail.