Léo Major in an undated family photo.
Léo est un héros canadien-français emblématique de la Seconde Guerre mondiale. 

Élevé à Montréal, au Québec, Léo avait 19 ans lorsqu’il s’est enrôlé dans l’Armée canadienne en 1940. Il a débarqué sur les plages de Normandie avec le Régiment de la Chaudière le 6 juin 1944 et a réussi, à lui seul, à s’emparer d’un Hanomag (véhicule blindé allemand). Quelques jours plus tard, il est tombé sur une patrouille S.S. de quatre hommes. Il a engagé et remporté le combat, mais une grenade au phosphore alors lancée lui a fait perdre son œil gauche. 

Sa résilience l’a pourtant poussé à poursuivre. À l’automne 1944, Léo a pris part à la bataille de l’Escaut et capturé de son propre chef de nombreux ennemis, mais il a subi une lésion de la moelle épinière et s’est brisé les côtes pendant les opérations. Il a été nommé pour la Médaille de conduite distinguée, une décoration qu’il a refusée. Il a vaillamment enduré sa grave blessure au dos et est resté auprès de son régiment à l’approche de Zwolle. 

The farm of the Van Gerners, outside Zwolle, where Léo Major stopped to collect himself prior to liberating Zwolle.

À l’arrivée aux abords de Zwolle, une ville à une quarantaine de kilomètres au nord d’Apeldoon, Léo s’est porté volontaire avec un ami, le caporal Willie Arseneault, pour mener une mission de reconnaissance. Arseneault est alors tombé sous le feu allemand. Peiné et furieux, Léo s’est lancé à l’assaut du village occupé par les nazis. Armé d’une mitraillette et de grenades, il a réalisé une avancée si puissante que les Allemands se sont crus attaqués par l’Armée canadienne et ont fui Zwolle. En fin de matinée, la ville était libérée. 


Léo a mérité une Médaille de conduite distinguée pour sa bravoure, et une de plus pour avoir combattu pendant la guerre de Corée. Il est aujourd’hui un héros célébré dans la ville hollandaise de Zwolle, où sont organisées des activités commémoratives tous les ans et où une rue a été nommée en son honneur. Léo est mort à Montréal en 2008 à l’âge de 87 ans.

Pour consulter le parcours historique de Léo Major, cliquez ici.

Quelques membres des forces intérieures néerlandaises (NBS) marchent avec le libérateur de Zwolle, Léo Major, le 14 avril 1945 sur la Wipstrikkerallee, près de l’auberge De Hanekamp. De gauche à droite : inconnu, le policier Slendebroek, Frits Kuipers, Jan Beintema, Léo Major et Derk Udves. Avec l’autorisation de Zwolle en photo. (https://www.zwolleinbeeld.nl), NL-ZlHCO_FD028204.