George Van’t Haaff, HMCS Prince David

Biographie

George Edward Van’t Haaff est né le 1er janvier 1920. Il a grandi en région rurale en Saskatchewan durant les “Les sales années trente”, alors que les Prairies étaient en pleine sécheresse. Jadis une terre fertile, la région est rapidement devenue un désert de sable.

Le frère de George a rejoint les rangs de la Marine royale canadienne (MRC) en 1937, laissant ainsi la poussières et les nuages de sauterelles derrière lui. George en fait autant même si la menace de guerre grondait en Europe.

En janvier 1940, la MRC a envoyé George à Esquimalt en Colombie-Britannique pour faire l’entraînement de base. George a dit se souvenir d’avoir beaucoup fait de course à pieds, d’entraînement physique (EP) et d’avoir dirigé un énorme navire baleinier à la rame autour du port alors qu’il ventait très fort et que l’eau glaciale le frappait au visage.

George est devenu ravitailleur à la base d’Esquimalt. Son travail consistait à ravitailler les marins stationnés en nourriture et en boisson, incluant la ration quotidienne de rhum, une tradition dans la marine.

En 1942 et au début de 1943, George a servi avec les draveurs de mines canadiens sur la côte Ouest. Leur rôle était de défendre les convois canadiens et américains qui voyageaient le long de la côte entre l’Alaska, la Colombie-Britannique et les États-Unis.

Àl’été 1943, George a été transféré sur le NCSM Prince David, un transbordeur à vapeur d’avant guerre transformé en navire armé pour le transport des troupes.

Le jour du débarquement, George était à bord du Prince David qui servait à titre de navire de débarquement (moyen). George et l’équipage devaient transporter les troupes de la 8e Brigade d’infanterie canadienne vers leur position à la plage Juno à temps pour l’attaque.

George et l’équipage du NCSM Prince David ont joué sensiblement le même rôle lors de l’Opération Dragoon qui visait à envahir le Sud de la France en août 1944.

George a aussi servi dans la guerre de Corée ce qu’il lui a valu une Citation à l’ordre du jour
alors qu’il était premier maître de 2e classe à bord du NCSM Sioux, un destroyer.

Il a poursuivi sa carrière dans la marine et il a pris sa retraite avec le grade de premier maître de 1re classe, le plus haut grade de sous-officiers dans la marine.

George Van’t Haaff est décédé le 31 juillet 2007, à l’âge de 87 ans. Il laissait dans le deuil Patricia, son épouse des 60 dernières années, et ses trois fils.

Contexte de guerre

NCSM Prince David

Le jour du débarquement, George Van’t Haaff servait à bord du NCSM Prince David, l’un des trois navires de charge mis en service par la Marine royale canadienne durant la Seconde Guerre mondiale. Les deux autres navires étaient le NCSM Prince Henry et le NCSM Robert. Ils avaient été construits et lancés alors que la Grande Dépression venait de frapper et le propriétaire, la Compagnie nationale de navigation du Canada, avait peine à trouver des clients pour ses nouveaux navires.

En 1940, la Marine royale canadienne les a tous les trois convertis en navires marchands armés. Ces plus grands navires, armés de quatre canons de six pouces et de deux canons de trois pouces, serviraient à dissuader les puissants navires de guerre allemands d’attaquer les convois en haute mer. Les anciens navires à vapeur ont joué ce rôle jusqu’en 1943 pour ensuite subir une autre remise à neuf.

Le NCSM Prince Robert est devenu une corvette équipée de plus de 20 canons antiaériens. Le NCSM Prince David et le NCSM Prince Henry ont été transformés en navires de débarquement. Le Prince David était maintenant équipé de 2 canons bitubes de quatre pouces, de 10 canons antiaériens, de grues pour amener à bord les cargaisons et les plus petites péniches de débarquement, en plus de pouvoir loger près de 500 soldats et leur équipement.

Le jour du débarquement, le Prince David était le navire-mère pour sept péniches de débarquement (LCA) et une barge de débarquement de soutien. Les péniches transportaient les soldats de la 8e Brigade d’infanterie canadienne vers la plage. À la fin de la journée, une seule péniche, la LCA 1375, a regagné le navire-mère. Par miracle, tous les membres d’équipage des péniches du Prince David ont survécu.

Après l’attaque, le NCSM Prince David s’est concentré à l’évacuation des morts et des blessés. Le soir du 6 juin 1944, le navire ramenait à toute vitesse les victimes à Southampton, en Angleterre. Entre le 7 et le 14 juin, le navire a fait la navette à travers la Manche, amenant des renforts aux armées canadienne et britannique en Normandie.

La Marine royale canadienne et le débarquement en Normandie

Le NCSM Prince David et ses huit péniches de débarquement comptaient parmi les 6900 navires alliés impliqués dans le débarquement. La Marine royale canadienne (MRC) a déployé 62 navires de guerre de diverses grosseurs, incluant des dragueurs de mines, des corvettes, des frégates , des destroyers, des navires de débarquement et 46 péniches de débarquement. Seize dragueurs de mines de la MRC ont permis d’effectuer 10 approches vers la côte française. Les corvettes assuraient la protection des péniches de débarquement. Les frégates surveillaient de près les U-boot allemands. Enfin, les destroyers NCSM Sioux et NCSM Algonquin annonçaient l’arrivée de l’armada en tirant sur les positions de défense sur la plage pour soutenir l’attaque. D’autres destroyers servaient dans des flottilles de la MRC qui constituaient la force de couverture qui avait pour mission d’éliminer toute menace navale lors du débarquement.

Les deux flottilles de vedettes lance-torpilles, la 29e et la 65e, opéraient habituellement durant la nuit, protégeant les approches qui arrivaient de l’Est et de l’Ouest et qui se dirigeaient vers le lieu du débarquement. Elles ont également servi à bloquer les ports allemands.

Additional Resources