Louis Godin, Les Fusiliers Mont-Royal

Biographie

Louis Godin est né le 12 novembre 1923 à Lac-Drolet à 125 kilomètres sud de la ville de Québec. Il a été placé à l’orphelinat de Lévis à l’âge de 11 ans. Il a quitté l’orphelinat à 16 ans pour aller travailler dans l’ouest du Québec. Louis a continué sa route vers l’Ouest jusqu’à l’ouest de Winnipeg, travaillant aux récoltes. Une fois la saison des récoltes terminée, il s’est enrôlé dans l’Armée canadienne à un centre de recrutement situé sur l’avenue Portage à Winnipeg.

Louis avait 18 ans quand il a rejoint le Corps blindé royal canadien en 1942. Il a fait son entraînement à Valleyfield, à Borden et à Valcartier avant d’être envoyé outre-mer comme soldat d’infanterie de remplacement en août 1943. UNe fois rendu en Angleterre, il s’est joint aux Fusiliers Mont-Royal qui avaient subies de lourdes pertes humaines lors du désastreux Raid sur Dieppe l’été précédant.

Le soldat Godin était membre de la Compagnie B qui a débarqué à Courseulles-sur-Mer, en France le 7 juillet 1944. Son unité est arrivé juste à temps pour prendre part à une offensive visant à capturer la banlieue au sud de Caen et la crête située plus loin. L’unité a réussi a capturé la banlieue mais il en a été autrement pour la crête. Le 21 juillet 1944, après avoir lancé et capturé Beauvoir située sur le versant nord de la crête de Verrières, la Compagnie B a été dépassée par une contre-attaque blindée de la part des Allemands. Godin et son unité se sont retrouvés isolés du reste du bataillon et ils commençaient à manquer de ravitaillement et de munitions.

Maintenant fait prisonnier de guerre, les Allemands ont envoyé Louis dans un camp près de Teschen (Cieszyn) où se trouve aujourd’hui la frontière entre la Pologne et la Tchécoslovaquie. L’avance de l’Armée russe a amené les Allemands à vouloir déplacer leurs prisonniers en territoire allemand. Malgré le manque de nourriture, les températures glaciales et la cruauté des gardiens envers les prisonniers, Louis a survécu à la longue marche. Les Américains sont arrivés au printemps 1945 et Louis a été libéré. Il a regagné l’Angleterre à bord bombardier Lancaster.

Louis a également servi lors de la guerre de Corée. Il a épousé Suzanne Marcoux avec qui il a eu trois enfants.

Louis est décédé le 25 mars 2017 à la Maison Paul Triquet, un résidence pour vétérans située à Québec. Il était âgé de 93 ans.

Contexte de guerre

Prisonniers de guerre

Louis Godin a été prisonnier de guerre pendant presque dix mois. Quelques 9000 soldats canadiens ont été faits prisonniers durant la Seconde Guerre mondiale. Certains, comme Louis, ont été capturé en groupes. D’autres l’ont été un ou deux à la fois, comme ce fut le cas pour plusieurs membres de l’Aviation royale canadienne lorsqu’ils abandonnaient leur avion en territoire ennemi.

En général, les Allemands traitaient les prisonniers de guerre (PG) humainement. Les massacres de Normandie qui ont fait 156 morts chez les PG canadiens est l’exception.
Il était aussi dangereux d’être un PG dans l’Allemagne nazie entre 1944 et 1945. Les Alliés jouissaient de la supériorité aérienne et leurs avions survolaient constamment le territoire pour détruire les convois de camions sur les routes ou les trains qui se dirigeaient vers le front.
Godin a dit se souvenir de cette situation: les Allemands lui avait donné un petit drapeau blanc qu’il devait agiter de l’arrière du camion où il était assis.

Alors que la guerre progressait, la situation se détériorerait en Allemagne et en territoires occupés. La nourriture se faisait de plus en plus rare. Godin a dit se rappeler que son menu du jour ne consistait que d’un bouillon de soupe, une patate pourrie et un petit morceau de pain noirci. Une fois par semaine, il avait droit à une saucisse et à un morceau de fromage.

As the Russians closed in from the east in the winter of 1945, prison guards attempted to move their charges back into Germany. These death marches saw the prisoners, often with very little winter clothing, walking hundreds of kilometres in icy conditions.

Opération Atlantique

Louis Godin a été capturé au cours de sa première bataille. Son unité, Les Fusiliers Mont-Royal, faisait partie de la 2e Division de l’infanterie canadienne. Elle est arrivée sur la Plage Juno en début juillet 1944, plus d’un mois après le débarquement. La Bataille de Normandie était devenue un conflit d’attrition durant lequel les force alliées tentaient d’affaiblir l’ennemi. Caen, un ville importante de Normandie, a été reprise par les Alliées grâce aux efforts combinés d’une attaque britannique et canadienne. La banlieue et la zone industrielle au sud et au à l’est de cette cité médiévale étaient encore aux mains des Allemands. Les Britanniques ont lancé l’opération Goodwood, un attaque blindée massive balayant les territoires situés à l’est et au sud de Caen, ce qui a porté un coup supplémentaire à la défense allemande en Normandie.

Les Canadiens ont eu un rôle à jouer à Goodwood lors de l’Opération Atlantique qui s’est déroulée du 18 au 21 juillet 1944. La 3e Division de l’infanterie a capturé la banlieue sud de Caen et sa zone industrielle le 19 juillet. Le lendemain, la 2e Division de l’infanterie canadienne attaquait la crête de Verrières. Le bataillon de Louis a atteint son objectif, mais la pluie torrentielle, qui affectait le soutien de l’aviation et de l’artillerie, jumelée à une importante contre-attaque allemande l’a repoussé. La Compagnie B dont faisait partie le soldat Godin et la Compagnie C positionnée tout près ont tenté de tenir le coup, mais ont été coupées du reste et ont dû se rendre.

Cela fut un coup dur pour Les Fusiliers Mont-Royal. Les pertes humaines mentionnées plus haut et les pertes subséquentes subies lors de la bataille pour prendre la crête signifiaient qu’en date du 24 juillet, le bataillon n’avait plus que les cuisiniers et les chauffeurs pour défendre leur position.

L’Opération Atlantique avait bien débuté mais s’est terminée avant d’avoir pu prendre la crête de Verrières. 1149 soldat ont été tués, blessés ou portés manquants durant cette bataille.
Plus de la moitié de ces pertes sont survenues sur la crête dans des bataillons comme celui du soldat Godin. Mais la bonne nouvelle était que les commandants allemands avaient dû se servir de leurs réserves blindées pour repousser les Britanniques et les Canadiens. Après un mois de combat, ils ne pouvaient plus résister.

Additional Resources

Interactive Map & Newsreels

Orne-Odon Offensive
Troops push from Caen; artillery fire; aircraft assault; allied warships fire at the coast; a plane is downed in flames; mortar fire; infantry marches across the river Orne; the Falaise Highway; tanks roll in; armoured and infantry clean out the town; man with a wireless set; an injured man is carried off by stretcher; German prisoners of war.

Major Tilston, V.C.
Frederick Albert Tilston of the Essex Scottish Regiment, recipient of the Victoria Cross; he is interviewed by the CBC; a nurse lights his cigarette; Tilston, in a wheelchair, is brought outside where other patients visit with him. Tilston won the Victoria Cross for bravery in action on March 1, 1945.