Créer le récit

Après avoir effectué plusieurs versions de votre liste de points, vous pouvez maintenant commencer à créer le cadre de votre récit. Vous allez laisser les idées que vous avez recueillies vous mener au récit que vous allez raconter. C’est là que la magie opère.

Quand il s’agit de créer quelque chose de nouveau, ce n’est pas la planification qui marche, mais c’est d’essayer des choses. Vous commencerez par passer à travers les listes de points que vous avez accumulées.

  • Voyez quelles idées continuent d’attirer votre attention lorsque vous les relisez. Ce sont ces idées que vous pourrez développer en bonnes histoires.
  • Écrivez-les à nouveau sous forme de liste de points, mais cette fois-ci n’en gardez que la moitié. Conservez seulement les meilleures, celles qui vous intéressent et qui vous donnent envie d’en savoir plus. (Sauvegardez des copies datées de tout le reste dans votre dossier Idées.) Vous ne vous débarrassez de rien; vous affinez.
  • Répétez ce cycle pendant quelques jours, en écrivant chaque fois une nouvelle liste de points. Sauvegardez et datez tout. Le fait de rédiger en forme de liste de points clarifie votre pensée sans vraiment trop y penser.
  • Lorsque vous pensez avoir terminé, écrivez une autre liste de vos meilleures idées mises à jour en regroupant les idées connexes. Y a-t-il de nouvelles connexions que vous n’aviez pas vues auparavant?
  • Par exemple, si votre projet consistait à organiser un souper de Thanksgiving, vous pourriez mettre toutes les notes sur la dinde dans le Groupe 1, les desserts dans le Groupe 2, les légumes dans le Groupe 3, les snacks dans le Groupe 4 et les boissons dans le Groupe 5. Faites ce qui vous semble le plus logique. C’est simplement une façon d’organiser votre pensée.
  • Maintenant, organisez vos groupes en séquence, du début à la fin. Quels groupes devraient venir en premier pour donner du sens aux autres? Quels sont les groupes les plus importants? Lesquels doivent être retenus pour la fin? Ce processus vous aide à esquisser l’arc narratif de votre récit, du début à la fin en passant par le milieu.
  • Enfin, faites la même chose au sein de chaque groupe. Organisez les idées individuelles dans un ordre qui vous convient et que vous suivrez quand vous allez raconter votre récit, du début à la fin. Si vous n’y arrivez pas, essayez de raconter votre récit à un ami proche ou à un membre de votre famille sans utiliser vos notes. C’est une façon incroyablement efficace pour déterminer l’ordre dans lequel les choses devraient être présentées.
  • De nombreux écrivains professionnels de la télévision et du cinéma utilisent des fiches de 3 po x 5 po. Chaque idée est notée sur une carte individuelle, ce qui vous permet de mélanger et de réorganiser facilement l’ordre de vos idées.
  • En triant et en organisant vos idées, vous aller créer un schéma narratif structuré de votre récit. L’ordre des groupes et les idées contenues dans ces groupes peuvent toujours être modifiés. En effet, il est probable qu’il y ait des changements. En attendant, vous aurez défini les grandes lignes de votre récit de façon concrète en vous basant sur vos recherches. Vous êtes sur la bonne voie.
  • Avec votre arc narratif en main, vous pouvez maintenant commencer à écrire.

Assembler les morceaux

Vous avez établi la structure de votre récit (idées et recherches), et vous avez esquissé votre arc narratif (groupes de notes). Maintenant, vous allez commencer à étoffer votre récit.

  • Prenez votre arc narratif et un bloc-notes, puis éteignez votre téléphone et Internet. Ne pensez à rien sauf au sujet de votre récit.
  • Choisissez dans votre arc narratif une idée qui vous intéresse le plus. Écrivez-la en haut d’une page vierge. Ensuite, commencez à écrire tout ce qui vous vient à l’esprit lorsque vous réfléchissez à cette première idée : des phrases, des dessins, des notes, n’importe quoi. Vous développez l’idée sans vous censurer et sans essayer de bien écrire. Vous faites un remue-méninge.
  • Que ce soit une page ou 15, gardez ces pages axées sur l’idée avec laquelle vous avez commencée. Une seule idée. Arrêtez seulement quand vous vous sentez comme si vous n’aviez plus rien à écrire sur ce sujet.
  • Cette partie de votre travail consiste à écrire, ce qui signifie mettre simplement des mots sur la page. Ne corrigez pas. Ne révisez pas. Ne lisez pas ce que vous écrivez. N’essayez pas de pondre des mots ou phrases sophistiqués. Continuez simplement à noter vos réflexions sur cette idée jusqu’à ce que vous soyez à court d’idées.
  • Ensuite, lorsque vous êtes prêt, choisissez une autre idée dans votre arc narratif et répétez le processus. Chaque idée a sa propre série de pages. Ces pages vont commencer à former les chapitres, les scènes ou les sections de votre récit.
  • Lorsque vous avez terminé, attachez les pages de chaque idée ensemble et donnez un nom à ce groupe; quelque chose qui décrit ce qui les relie ensemble. Par exemple, on peut y inclure des mots comme enfance, famille, expériences, événements mondiaux et vie future. Vous décidez de ce qu’ils ont en commun. Mettez-les dans un nouveau dossier de fichiers et étiquetez-le Chapitres.
  • Procédez de même avec toutes les idées dans le plan de votre récit. Vous reconnaîtrez bientôt quelles sont vos idées principales. C’est sur ces idées que vous écrivez le plus de choses. Parfois, vous ne le saurez pas jusqu’à ce que vous vous mettiez à gribouiller. Vous découvrirez aussi bientôt quelles idées sont médiocres, ce qui est formidable. Généralement, vous pouvez avoir un impact plus fort en disant moins.
  • Les idées que vous n’utilisez pas devraient être retournées à votre dossier Idées. Rien ne doit être jeté.
  • Mais écrivez quelque chose au sujet de toutes les autres idées sur votre liste. Développez les. Ajoutez-y de nouvelles pensées. Quand vous ne parvenez plus à écrire sur une idée, passez à une autre et continuez sur votre lancée. C’est le plus important : continuez à coucher des mots sur le papier.
  • Une fois que vous avez écrit quelque chose sur toutes vos idées principales et qu’elles sont toutes regroupées dans votre nouveau fichier Chapitres, faites une pause.
  • Après la pause, examinez rapidement les groupes de vos Chapitres et organisez-les dans une séquence logique pour le récit que vous allez raconter. Pas d’édition ni de réécriture, mettez-les simplement en ordre avec un début, un milieu et une fin. Revoyez cette séquence une ou deux fois pour être sûr que cela vous convient.
  • Une fois cela fait, gardez cet ordre (numérotez-les si nécessaire), puis replacez-les tous dans votre fichier Chapitres. Vous avez achevé une ébauche de votre récit.
  • Maintenant, vous devez prendre du recul et de la distance avant de les relire. L’écriture n’est jamais une activité de dernière minute. Beaucoup d’écrivains professionnels laissent leurs pages reposer pendant des semaines et même des mois avant de les relire. C’est pourquoi vous commencez à faire des recherches et à écrire dès que possible.
  • Temps et patience sont vos amis ici. Avant de revenir à ces pages, travaillez sur un autre aspect du projet. Recueillez des images, travaillez sur des considérations de conception, mettez à jour votre bibliographie et vos listes de sources.

Nombres

Si vous prévoyez d’utiliser des tableaux de nombres ou de graphiques dans votre récit, rendez-les intéressants. Donnez-leur une personnalité. Conservez l’intérêt de votre public. Amusez-vous avec eux!

Écrire et (ré)écrire

Écrire veut dire revenir constamment à votre récit et le réécrire à plusieurs reprises jusqu’à ce que vous ne voyiez plus rien que vous souhaiteriez ajouter ou améliorer dans ce que vous avez écrit. Lorsque vous arrivez à ce moment où vous pensez avoir fait de votre mieux, alors vous y êtes presque. Vous seul saurez quand ce moment viendra.

Les premières ébauches ont besoin d’être revues avec soin. Les premières ébauches sont presque toujours mauvaises. La plupart des écrivains professionnels considèrent leurs premières ébauches comme des « brouillons » pour cette raison. Mais ce n’est pas une mauvaise nouvelle. Créer de beaux récits, c’est réviser constamment, simplifier et clarifier. Consolez-vous en pensant à cela. Ne vous inquiétez pas de ne pas réussir du premier coup, puisque vous réviserez votre ébauche de toutes façons.

Votre première ébauche, quelles que soient ses défauts, vous donnera une idée claire de ce que vous devez faire pour rendre votre récit plus clair, plus simple et plus puissant. C’est un processus méthodique qui exige des habitudes de travail disciplinées. Vous construisez un récit mot par mot, phrase par phrase et heure par heure, ou quels que soient les éléments équivalents avec lesquels vous travaillez, de la vidéo, de la musique, des affichages ou autre.

C’est un processus graduel, toute création digne de ce nom prend du temps. Créer un récit ne se fait pas d’un trait. N’ayez pas peur de faire des erreurs. Les erreurs sont des étapes positives dans la bonne direction. Elles vous rapprochent de la découverte de ce qui en vaut la peine. Et quiconque essaie d’éviter d’en faire ne parvient généralement à rien.

Comment écrire (mieux)

Encore une fois, vous ne trouverez pas de guide pour savoir Comment écrire sur ce site. Mais voici quelques conseils à garder à l’esprit lorsque vous commencez à réviser vos notes brutes pour les tourner en phrases rédigées. Ceux-ci ne s’appliquent que lorsque vous travaillez sur les ébauches finies. Jamais pendant la phase de remue-méninge et la collecte d’idées.

  • Ne gaspillez pas vos mots en expliquant aux gens ce qu’ils savent déjà (par exemple « La grippe espagnole était vraiment mauvaise ».)
  • Tenez-vous en au sujet. Débarrassez-vous de tout ce qui en détourne l’attention.
  • Soyez bref. Condensez si possible. Moins on en fait, mieux c’est. Dites ce que vous avez à dire clairement et avec le moins de mots possible, mais pas moins que nécessaire.
  • N’utilisez pas de mots inutilement compliqués. Utilisez un langage et des phrases clairs et simples. John Ruskin, un éminent critique du 19e siècle, a écrit :
« La meilleure chose qu’une âme humaine puisse faire est de voir quelque chose et de dire ce qu’elle a vu de façon simple. »

C’est beaucoup plus difficile à faire que vous ne le pensez.

  • Si vous présentez vos idées ou vos points dans un ordre logique A, B, C, cela vous permettra de faire avancer votre récit et de concentrer l’attention de votre public sur ce qui est important.