Bienvenue à Juno75: Au-delà du devoir

Toute époque de l’histoire se fait de multiples évènements, dont quelques-uns définissent leur ère et transforment l’avenir.  La bataille de Normandie et la participation canadienne au débarquement à Juno Beach comptent parmi nos évènements les plus importants – des moments qui allaient définir la deuxième moitié du 20e siècle. Une fois que les puissances de l’Axe avaient conquis une grande partiede l’Europe, les forces alliées avaient besoin de prendre pied en France avant de commencer la contre-offensive qui mènerait à la libération de l’Europe et à la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Le projet de commémoration Juno75 : Au-delà du devoir vise à engager des jeunes en développant une reconnaissance envers les personnes qui ont contribué à la réussite de la bataille de Normandie.  En effectuant des recherches sur la vie et les contributions d’une personne, les jeunes pourront créer des commémorations numériques pour rendre hommage à ces personnes.

Le projet de commémoration Juno75 a trois objectifs de base :

  • Engager les élèves de 6e à 11e année (6e année au secondaire 5) à effectuer des recherches au sujet d’un membre de leur communauté qui a participé au débarquement à Juno Beach et à la bataille de Normandie;
  • Impliquer les élèves dans la micro-histoire en considérant comment les individus ont influé sur des plus grands évènements qui ont façonné le cours de l’histoire;
  • Aider les élèves à utiliser de façon efficace des outils numériques afin de dessiner, créer et partager une commémoration significative qui rend hommage à une personne qui a contribué au débarquement à Juno Beach et à la bataille de Normandie ainsi qu’à leur communauté au Canada de l’après-guerre (si la personne est retournée de la guerre).

Les leçons qui appuient le projet Juno75 : Au-delà du devoir portent sur la distinction entre des mémoriaux et des commémorations.  Un mémorial – tel que les noms des rues, les noms des bâtiments tels que des écoles, les statues et les pierres tombales – aide à préserver la mémoire de la personne, mais ne raconte pas son histoire.  Une commémoration – du mot latin commemorare, qui veut dire « se souvenir de » –  présente le récit de la personne et de ses actions.  Une commémoration peut prendre la forme d’un service du jour du Souvenir, d’un toast, d’une plaque historique et même d’une chanson.  Afin de s’assurer que l’élève saisit l’histoire de la personne qu’il / elle commémore, le projet Juno75 utilise la stratégie « Votre histoire en 7 phrases », présentée au site web Moments Déterminants Canada.

Conscient que le projet Juno75 : Au-delà du devoir est une entreprise ambitieuse, les leçons permettent plusieurs points d’entrée qui varient en exigences de temps et en complexité.  L’idéal est que l’élève s’engage dans l’histoire locale en effectuant des recherches sur un membre de la communauté qui a fait une contribution d’une façon ou une autre au débarquement à Juno Beach et à la bataille de Normandie.  En termes pratiques, identifier un membre de la communauté qui a contribué peut demander beaucoup de temps et peut être très exigeant pour un·e élève du cycle intermédiaire.  La majorité des bases de données en ligne cible ceux qui sont morts pendant la guerre, ce qui rend l’identification des participants qui ont survécu la guerre plus difficile.  Cette situation est aggravée par le fait qu’il peut être difficile, voire impossible, de rechercher par communauté ou région.  Ainsi, l’élève doit identifier la personne à rechercher avant de pouvoir utiliser la plupart des sites web.

Les trois points d’entrée décrits ci-dessous peuvent s’assurer l’engagement réussi dans le projet d’autant de classes et d’élèves que possible :

  1. Identifier et rechercher un membre de la communauté qui a contribué à la bataille : Cette tâche est le choix le plus long et complexe. L’élève doit explorer la communauté pour trouver le nom d’une personne qu’il / elle aimerait rechercher afin de créer une commémoration numérique.  L’élève peut visiter le cénotaphe, les cimetières et les musées.  L’élève peut aussi regarder les plaques historiques dans les écoles secondaires (si elles datent de la Deuxième Guerre mondiale), consulter d’autres ressources régionales ou parler avec des voisins ou des membres de la famille.
  2. Utiliser une base de données en ligne pour identifier une personne qui a contribué : Si identifier un membre de la communauté qui a contribué prendra trop de temps ou est trop complexe pour l’élève, on peut raccourcir le processus en demandant à l’élève de visiter un des sites web nommés dans la liste de bases de données numériques qui se trouve dans la deuxième leçon (voir page 9-10). L’élève pourra créer quand même une commémoration numérique significative pour quelqu’un qui a contribué à Juno ou à la bataille de Normandie.  Cependant, il se peut que la personne vienne d’une autre communauté que celle de l’élève.  L’élève devrait rassembler autant d’informations directes au sujet de la personne que possible des sources numériques et, puis, compléter les recherches avec des inférences tirées des films d’actualités, des photographes, des récits écrits et des vignettes affichées au site web Moments Déterminants Canada.
  3. Choisir une personne des vignettes de Moments Déterminants Canada : Si le temps permis pour les recherches est limité, l’enseignant·e peut demander à l’élève de commémorer une des personnes présentées dans les vignettes. Dans ce cas, l’élève organise les preuves rassemblées en utilisant la stratégie « Votre histoire en 7 phrases » pour rendre la commémoration plus significative.  Le défi primaire pour l’élève est de déterminer comment utiliser la musique, sa narration, des images, etc., pour créer une commémoration plus significative qui porte sur les détails fournis par la vignette, ainsi que les détails fournis par la biographie annexe et les ressources contextuelles.   

 Les quatre leçons qui appuient le projet Juno75 : Au-delà du devoir ont été conçues pour s’enchaîner et s’intégrer l’une dans l’autre, permettant à l’enseignant·e de choisir ou adapter les leçons ou le chemin d’apprentissage pour s’assurer que le projet répond au mieux aux besoins des apprenant·e·s.

  • La première leçon présente à l’élève le concept des commémorations et lance la réflexion au sujet de ce qui rend une commémoration efficace et significative.
  • La deuxième leçon, avec ses multiples points d’entrées décrits ci-dessus, aide l’élève à choisir la personne pour qui il / elle créera une commémoration et à commencer le processus de rassembler des informations au sujet de sa vie et ses contributions.
  • La troisième leçon (facultative) permet à l’élève d’apprendre à faire une analyse historique approfondie et plus nuancée des preuves rassemblées.
  • La quatrième et dernière leçon encourage l’élève à considérer comment il / elle peut mieux utiliser les ressources numériques afin de créer une commémoration très efficace.

Une note de mise en garde

Des commémorations, par leur nature, surlignent les aspects les plus positifs d’une personne et souvent ignorent ou sous-estiment des détails moins flatteurs.  Cette partialité peut poser problème quand les paroles ou les actions de la personne se sont révélées très blessantes aux autres, par exemple, en exprimant des positions racistes ou en agissant de façon qui a provoqué des dommages durables. 

Cette approche risque de créer ce que la célèbre romancière nigérienne Chimamanda Ngozi Adichie appelle le « danger d’une seule histoire. »  Elle propose que le danger d’une seule histoire n’est pas qu’elle est incorrecte, mais plutôt qu’elle est incomplète.  En d’autres mots, une commémoration présente quelques informations de la vie d’une personne, mais souvent, elle ne présente pas toute l’histoire.  En créant une commémoration, l’élève doit veiller à honorer les contributions et les sacrifices faits par la personne en bâtissant et en défendant les valeurs canadiennes, sans camoufler ou omettre des actions ou des comportements qui ont blessé ou contredit ces mêmes valeurs.  L’article de Lindsay Gibson, « Penser historiquement au sujet des controverses des commémorations canadiennes » fournit un cadre utile de l’enjeu et offre des points de repères que l’élève peut utiliser en déterminant comment façonner une narration commémorative.